AFP – Retrait de Borloo: « choc » des députés UDI (Lagarde)


Retrait de Borloo: « choc » des députés UDI (Lagarde)

PARIS, 08 avr 2014 (AFP) – Le porte-parole des députés UDI Jean-Christophe Lagarde a évoqué mardi « le choc » des députés de son groupe après le retrait dimanche de leur chef Jean-Louis Borloo pour raisons de santé.
« Pour l’ensemble des députés c’est d’abord un choc de voir Jean-Louis s’éloigner », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à l’Assemblée.
« L’UDI reste sa famille politique et si comme nous l’espérons il va mieux d’ici quelques mois il aura toute sa place, c’est-à-dire la première, dans son parti et ici aussi », a-t-il déclaré.
Selon le député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), « l’unanimité des députés » du groupe ont exprimé « la volonté de continuer à porter la famille politique que Jean-Louis a permis de rassembler » au cours de ces derniers mois.
Il a confirmé que l’élection du nouveau président de groupe aura lieu mardi matin prochain. Les candidats ont jusqu’à jeudi soir pour se faire connaître.
M. Lagarde avait indiqué lundi, de même qu’Hervé Morin, qu’il ne serait pas candidat à la présidence du groupe. François Sauvadet assure l’intérim à la présidence depuis l’absence de Jean-Louis Borloo depuis la fin janvier.
dec/reb/mad/bfa

AFP 081123 AVR

AFP – Jean-Christophe Lagarde (UDI) moque « le cinéma » des députés PS

Lagarde (UDI) moque « le cinéma » des députés PS

PARIS, 08 avr 2014 (AFP) – Jean-Christophe Lagarde (UDI) a ironisé mardi sur « le cinéma atterrant » des députés PS qui voteront la confiance au gouvernement Valls massivement selon lui.
Le porte-parole des députés UDI a confirmé que son groupe ne voterait pas la confiance « car nous n’avons pas confiance », a-t-il dit au cours d’une conférence de presse à l’Assemblée.
« Il n’y a aucune inflexion », a-t-il affirmé, « si ce n’est de quoi faire semblant vis-à-vis des députés socialistes », « qui eux-mêmes font semblant de pouvoir menacer le gouvernement »… « La réalité c’est que pas un seul d’entre eux ne manquera à l’appel pour une raison simple: chaque député PS ne peut avoir qu’une terreur c’est la dissolution de l’Assemblée nationale… »
« Le cinéma auquel se livre un certain nombre de nos collègues du groupe PS depuis quelques jours est assez atterrant », a-t-il dit. « Faire semblant de demander, tout en disant qu’on s’excuse d’avoir écrit, et que naturellement le soutien ne manquera pas »…, a-t-il ironisé.
Une centaine de parlementaires socialistes ont mis la pression sur Manuel Valls à la veille de sa déclaration de politique générale, en réclamant un « contrat de majorité » avec le gouvernement et en menaçant, pour certains, minoritaires, de ne pas voter la confiance.
dec/vdr/mad/ed

AFP 081151 AVR 14

Un nouveau gouvernement réduit aux acquêts

Pour répondre à la débâcle électorale de sa majorité, François HOLLANDE a choisi un gouvernement réduit aux acquêts, c’est à dire au seul Parti Socialiste dont il a tenté de faire la synthèse.

Ainsi, ce gouvernement est trois fois surprenant :

-  surprenant d’abord parce Manuel VALLS est dores et déjà le 1er ministre le plus contesté par sa propre majorité de toute l’histoire de la Vème République.

- surprenant ensuite puisque à y regarder de près, on reprend ceux qui ont échoué et on recommence la même soupe dans la même vieille marmite.

-  surprenant enfin, car aux électeurs de gauche qui se sont abstenus, la réponse est de mettre à Matignon l’homme le plus à droite du PS et aux électeurs de la droite et du centre qui ont sanctionnées HOLLANDE on répond par la résurrection de Ségolène ROYAL, la candidate de 2007.

Au final on change de bocal pour y mettre les mêmes cornichons !